8 concepts pour une pédagogie ouverte et hybride

Les 8C pour une pédagogie ouverte et hybrideCognition : avec les avancées de l’imagerie cérébrale, impossible aujourd’hui de ne pas tenir compte des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance, de mémorisation, du langage, du raisonnement et de l’apprentissage dans la construction de dispositif pédagogiques.

Communication : l’acte d’apprendre reste un acte social et d’échange. Les   différents niveaux de relation (avec l’enseignant, avec ses pairs) sont au coeur du processus d’apprentissage.

Collaboration : à l’heure de l’intelligence collective, il s’agit d’insister sur la co-construction dans l’horizontalité des relations humaines.

Compétences : il s’agit de veiller à donner du sens aux connaissances pour les mettre en pratique au travers de capacités et d’attitudes qui permettront de construire des compétences transférables dans d’autres contextes, hors des murs de l’école.

Complexité : défendue par Edgar Morin depuis sa Méthode, elle envisage d’appréhender le monde à travers une pensée systémique et transdisciplinaire. La compétence se révèle dans une tâche complexe.

Connexion : au défi de la diversité et de l’accessibilité, la connaissance se partage en ligne de manière réticulaire autour des fondements de l’hypertextualité énoncés par Pierre Lévy (Les technologies de l’intelligence, l’avenir de la pensée à l’ère informatique, 1990) : métamorphose, hétérogénéité, emboitement des échelles, extériorité, topologie et mobilité des centres. Les nouveaux moyens de communication permettent aux groupes humains de mettre en commun leurs imaginations et leurs savoirs. Forme sociale inédite, le collectif intelligent peut inventer une « démocratie en temps réel ».

Critique : au défi de la quantité, de la qualité et du désordre qui résultent de « l’infobésité » et du problème de big data, l’esprit critique est au coeur des préoccupations dans la formation de futurs citoyens d’une démocratie de plus en plus cyber

Créativité : sans renoncer aux travaux de son maître Bloom, Lorin Anderson a su mettre à jour sa fameuse taxonomie pour y ajouter au sommet la créativité, habileté plus que nécessaire au siècle de l’économie de la connaissance.

Il s’agit donc de créer des dispositifs pédagogiques qui répondent à ces grands enjeux.